5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet


Archive "Actualités"

Abonnement à l'infolettre

Archive "infolettre"


Actualité

28.10.2017  Conférence "Promoting health through the life-course"
25.10.2017  Sages-femmes indépendantes: recensement d'activités 2016
23.10.2017  Un test pour réduire les antibiotiques chez les nouveau-nés
23.10.2017  La greffe d’utérus confirme ses promesses
23.10.2017  Collaboration avec des aides-maternelles
23.10.2017  Congrès en obstétrique et gynécologie: appel à contribution
23.10.2017  Une nouvelle maison de naissance
23.10.2017  Caisses maladie: prochaine initiative populaire planifiée

 

Conférence "Promoting health through the life-course"

Le département FEMME-MÈRE-ENFANT (DFME) du CHUV inaugure son nouveau cycle de conférences le 9 novembre prochain avec une intervention du Pr Anthony Costello, directeur du Département Santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent à l’Organisation mondiale de la Santé.
La présentation (en anglais) du Pr. Costello est intitulée « Promoting health through the life-course: maternal, newborn, child and adolescent health in the era of the sustainable development goals».
Bi-annuelles, ces conférences destinées aux professionnel-le-s de la santé, s’intéresseront aux différentes spécialités qui composent leur département (pédiatrie, chirurgie de l’enfant et de l’adolescent, gynécologie-obstétrique et néonatologie) tant sous l’angle médical que soignant.

Informations pratiques :
Date : Jeudi 9 novembre 2017, 17h30
Lieu : Auditoire Charlotte Olivier – Bâtiment principal du CHUV
La conférence (donnée en anglais) sera suivie d’un apéritif.
Entrée libre

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Sages-femmes indépendantes: recensement d'activités 2016

Quelle est la demande pour les sages-femmes indépendantes en Suisse? Quelles sont les prestations qu’une sage-femme fournit lors du suivi d’une femme et d’une famille? Quand une femme a-t-elle le plus souvent besoin de l’aide d’une sage-femme? Le rapport statistique répond à toutes ces questions. Les relevés incluent toutes les activités des sages-femmes indépendantes au cours de la grossesse, de l’accouchement, du post-partum et de la période d’allaitement. Le dépliant sur le nouveau rapport relatif au recensement 2016 est disponible en ligne et dans l’édition «Sage-femme.ch num. 11/2017. La Fédération suisse des sages-femmes remercie les deux sponsors du site web des statistiques www.statistik-hebamme.ch, à savoir Omida et Pangas, pour leur aimable soutien.

Autres informations: Dépliant du recensement 2016

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Un test pour réduire les antibiotiques chez les nouveau-nés

Des chercheurs lucernois ont mis au point un test sanguin permettant de raccourcir la durée de prescription d'antibiotiques chez les nouveau-nés. Environ 7% des bébés en Europe et aux Etats-Unis reçoivent des antibiotiques au cours des trois premiers jours de leur vie en cas de suspicion d'infection bactérienne. Une telle infection n'est toutefois démontrée que dans 0,1% des cas. Mais comme les suites peuvent être mortelles, il est trop risqué d'attendre les résultats des tests.
Une équipe internationale dirigée par Martin Stocker, de l'Hôpital pédiatrique cantonal de Lucerne, a trouvé un moyen de réduire ces prescriptions inutiles. Les chercheurs ont utilisé un test basé sur le taux de procalcitonine (PCT) dans le sang. Cette pro-hormone est un indicateur d'infection bactérienne.
Pour cette étude, publiée dans la revue britannique The Lancet, le taux de PCT a été mesuré chez 866 nouveau-nés, et la durée de l'antibiothérapie adaptée en conséquence. Chez 844 autres - le groupe de contrôle - la procédure standard a été appliquée. Résultats: la durée de traitement a pu être nettement réduite dans le premier groupe, indique l'hôpital lucernois.

Autres informations: News originale sur le site de www.rts.ch

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

La greffe d’utérus confirme ses promesses

En seulement trois ans, 38 greffes utérines ont déjà été réalisées à travers le monde, huit bébés sont nés et le nombre d’équipes médicales se lançant dans l’aventure ne cesse d’augmenter. La toute jeune société savante internationale de greffe utérine (ISUTx) a ainsi tenu son premier congrès mi-septembre pour faire le point sur cette révolution médicale qui, rien qu’en Europe, pourrait répondre aux besoins de quelque 200.000 femmes atteintes d’infertilité utérine. Pour ces femmes souffrant d’une absence congénitale d’utérus liée au syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser (MRKH), ou d’une ablation à la suite d’un cancer ou d’une hémorragie de la délivrance, la grossesse était jusqu’à présent impossible. «Les résultats présentés lors du congrès vont bien au-delà de nos espérances initiales, s’enthousiasme le Pr Tristan Gauthier (CHU de Limoges), l’un des pionniers du sujet en France. Les résultats sont extraordinaires. Quand nous nous sommes lancés dans l’aventure en 2010, les gens nous prenaient pour des fous. Mais depuis peu, le discours a changé.»
Ces succès ne doivent pas, pour autant, faire oublier certaines difficultés. «Encore 25 % des greffons sont explantés, principalement à la suite d’une thrombose ou d’une infection, souligne le Pr Gauthier. Cela montre bien que l’on en est encore au stade expérimental.» Sur un total de 38 greffes recensées dans le monde lors du congrès, 28 impliquaient un don vivant et 10 un prélèvement sur une patiente décédée. La greffe est considérée comme réussie lorsque des règles apparaissent dans les six mois suivant l’opération, l’objectif final restant la naissance d’un enfant. Jusqu’à présent, seules les greffes à partir de dons vivants ont permis aux couples de devenir parents.
Concernant les bébés, le recul de 60 ans dont dispose les médecins sur les grossesses des femmes sous immunosuppresseurs (pour une autre greffe) n’a pas révélé de risque tératogène, notait l’Académie de médecine dans un rapport en 2015. Sur les huit naissances suédoises, trois bébés sont nés prématurément en raison de pré-éclampsie, probablement favorisée par le syndrome MRKH de la mère. Ils seront suivis sur le plan médical et psychologique plusieurs années. «Il est encore très prématuré d’en parler comme d’un traitement potentiel de l’infertilité», met en garde Tristan Gauthier.

Source: extrait de l’article de Pauline Fréour, journal «Le Figaro», 3 octobre 2017

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Collaboration avec des aides-maternelles

Ce mois de novembre, deux séances d’informations ont lieu à Morges, les 9 et 30 novembre, afin de sensibiliser les sages-femmes au rôle des aides-maternelles et favoriser des collaborations. Le métier d’aide-maternelle est né d’un constat réalisé par deux sages-femmes indépendantes, Sara Cuendet et Evelyne Moreillon-Delachaux. Elles ont pu observer que les femmes enceintes ou en post-partum ont besoin de soutien et qu’elles sont en recherche de guidance et de bonnes pratiques. Ces deux sages-femmes extrahospitalières, diplômées en économie familiale rurale, se sont adressées à Agrilogie Centre d’enseignement des métiers de l’économie familiale (CEMEF), situé à Morges, pour soutenir et mettre en place ce projet. La formation d’aide-maternelle, active depuis 2015, permet l’obtention d’un diplôme de connaissances en économie familiale et maternité. Au cours de leur formation, les participant-e-s effectuent notamment un stage auprès de sages-femmes. Les séances d’informations présenteront le métier d’aide-maternelle, les objectifs de stages avec des sages-femmes et donneront l’occasion de proposer une collaboration. La séance du 9 novembre (de 19h à 20h30) est destinée aux sages-femmes indépendantes ESF et celle du 30 (de 19h à 21h) aux sages-femmes indépendantes du canton de Vaud et aux présidentes de section des cantons romands. Les deux rendez-vous auront lieu au CEMEF à Morges.

Plus d’informations et inscriptions: pour le 9 novembre écrire à evelyne.moreillon@gmail.com, pour le 30 novembre à anne-marie.pavillard@vd.ch

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Congrès en obstétrique et gynécologie: appel à contribution

Du 8 au 10 mars 2018 aura lieu à Paris la 26e édition du congrès du European board and college of obstetrics and gynaecology (EBCOG). Un vaste champ de thèmes sera abordé durant ces trois jours: comment limiter les interventions inutiles lors de l’accouchement, l’infertilité, les infections, l’éducation ou encore des analyses de cas. A cet effet, l’EBCOG a lancé en septembre un appel à contribution pour différents types d’abstracts dont la durée varie de trois à huit minutes: présentation de poster, de vidéo ou d’un slideshow. La date limite pour soumettre un abstract est fixée au 31 décembre.

Autres informations: http://www.ebcog2018.org/content/call-abstracts

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Une nouvelle maison de naissance

Elle se nomme La Louve et verra bientôt le jour dans le Nord Vaudois. Cette nouvelle maison de naissance est au centre du projet Mariposa Espace Femmes & Familles. Temporairement installée dans la commune d’Agiez, La Louve sera ensuite déplacée à Orbe où elle pourra accueillir la maison de naissance, le séjour post-natal, le cabinet sage-femme et autres professionnels de la santé, un espace pour les cours et séminaires, cours de yoga et préparation à la naissance, ainsi qu’un jardin en partage. Un crowdfunding sera lancé d'ici peu pour soutenir l'acquisition et l’aménagement de ce nouveau lieu.

Autres informations: Site internet du centre Mariposa

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Caisses maladie: prochaine initiative populaire planifiée

L’initiative populaire «Assurance maladie, pour une liberté d’organisation des cantons» a été annoncée fin septembre. Derrière ce projet on trouve des fédérations importantes et des politiciens impliqués dans les questions de santé. L’idée principale: permettre au canton de créer ses propres caisses d'assurance-maladie. Celles-ci seraient actives aux côtés des caisses existantes dans leurs régions – où les caisses privées n’auraient alors plus qu’à remplir les tâches administratives. Les caisses cantonales fixeraient elles-mêmes leurs primes et négocieraient d’autre part leurs tarifs avec les prestataires. De plus, les initiants envisagent un tarif unitaire pour toutes les assurances de base d’un canton, avec des variations selon les modèles et les franchises. Les principaux intéressés ont réagi de manière critique: l’organisation d’assurance-maladie santésuisse a qualifié le lancement de «chicanerie inutile». Seulement trois ans après le net refus de la caisse unique, cela démontre un mépris considérable de la volonté populaire. De tels fonds compensatoires cantonaux ne feraient qu’accroître les conflits d’intérêts existants.

Traduit de l’allemand par Cynthia Khattar

Autres informations: Article original sur medinside.ch

SHV/FSSF, Cynthia Khattar