5 mai: Journée sages-femmes
Actualités

 
| all | fr | petite écriture écriture normale grande écriture ersion imprimée
Recherche Site Internet
Congrès
La Fédération
Domaine pour les membres
Formation continue
Devenir sage-femme
Offres d'emploi
Journal "Sage-femme.ch"
Sections
Recherches sages-femmes
Coin des médias
Littérature
Liens
Contacts

La FSSF remercie, pour leur soutien
apporté à la réalisation de ces pages
:


Disponible au shop:
Etui en bâche de camion
> plus d'infos / images...
> commander au shop...
Nouveau au shop!
Carte de stationnement "Sage-femme en service"
> commander au shop...


Actualités pour les membres

Archives: | Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6 | Page 7 | Page 8 | Page 9 | Page 10 | Page 11 | Page 12 | Page 13 | Page 14 | Page 15 | Page 16 | Page 17 | Page 18 | Page 19 | Page 20 | Page 21 | Page 22 | Page 23 | Page 24 | Page 25 | Page 26 | Page 27 | Page 28 | Page 29 | Page 30 | Page 31 | Page 32 | Page 33 | Page 34 | Page 35 | Page 36 | Page 37 | Page 38 | Page 39 | Page 40 | Page 41 | Page 42 | Page 43 | Page 44 | Page 45 | Page 46 | Page 47 | Page 48 | Page 49 | Page 50 | Page 51 | Page 52 | Page 53 | Page 54 | Page 55 | Page 56 | Page 57 | Page 58 | Page 59 | Page 60 | Page 61 | Page 62 | Page 63 | Page 64 | Page 65 | Page 66 | Page 67 | Page 68 | Page 69 | Page 70 | Page 71 | Page 72 | Page 73 | Page 74 | Page 75 | Page 76 | Page 77 | Page 78 | Page 79 | Page 80 | Page 81 | Page 82 | Page 83 | Page 84 | Page 85 | Page 86 | Page 87 | Page 88 | Page 89 | Page 90 | Page 91 | Page 92 | Page 93 | Page 94 | Page 95 | Page 96 | Page 97 | Page 98 | Page 99 | Page 100 | Page 101 | Page 102 | Page 103 | Page 104 |

08.03.2018  «Chers parents, vous avez le choix!»
08.03.2018  Ibuprofène et anomalies ovariennes chez le foetus
08.03.2018  Allaiter durant les heures de travail, permis mais peu connu
08.03.2018  Journée virtuelle de la sage-femme: appel pour résumés
08.03.2018  Des images d’embryon porteuses d’espoir pour la recherche
08.03.2018  Le paracétamol diminue la fertilité des filles à naître?
08.03.2018  Références page Hautes écoles dans "Sage-femme.ch 3/18
23.01.2018  Rencontre sages-femmes et pédiatres le 1er février

 

«Chers parents, vous avez le choix!»

Décembre 2017, le cercle qualité «Pro-Physiologie» de l’Arcade sages-femmes à Genève a publié un petit livre de 50 pages destiné aux parents et aux professionnels de la périnatalité. Les sages-femmes de ce collectif entendent s’adresser aux parents hors de leurs activités habituelles (les consultations pré-natales, la préparation à la naissance, l’accouchement et le post-partum). Elles désirent surtout mettre à disposition des parents les textes auxquels ont couramment accès les professionnels et qui, tout en se fondant sur les meilleures preuves possibles, parlent en faveur de l’accouchement extrahospitalier, dans des conditions clairement déterminées (grossesses sans complications, sages-femmes qualifiées (!), proximité d’un hôpital). En effet, dans notre pays, en particulier dans le canton de Genève, ces textes et ces références ne sont pas mis en évidence et, surtout, ne sont pas présentés aux parents pour «éclairer» leurs choix en ayant tous les éléments à disposition. Le livre propose donc quelques résumés de textes qui ont paru fondamentaux aux sages-femmes du cercle qualité, ainsi que de nombreuses références et des statistiques. Bien sûr, il peut être aussi utile pour les sages-femmes et les médecins intéressés par la maternité respectée.

Cercle Qualité Pro-Physiologie, Arcade sages-femmes Genève
Livre disponible sur commande: info@arcadesf.ch

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Ibuprofène et anomalies ovariennes chez le foetus

L’utilisation d’ibuprofène est à limiter au maximum au début de la grossesse car il interfère avec le développement de l’ovaire fœtal. Une nouvelle étude parue dans Human Reproduction confirme ces recommandations. Des travaux parus chez le rongeur avaient déjà montré un lien entre la consommation d’antalgiques au cours de la grossesse et anomalies du développement ovarien chez le fœtus aboutissant à des problèmes de fertilité.
Or, chez l’être humain, les fœtus féminins constituent leur stock d’ovocytes au début de la grossesse et en même temps, l’ibuprofène, disponible en automédication et le plus souvent présent dans les pharmacies des domiciles, reste fréquemment consommé.
Après avoir analysé 185 ovaires issus d’embryons âgés de sept à douze semaines de développement et exposés à de l’ibuprofène et les avoir comparés à des échantillons contrôles, les auteurs ont constaté une diminution des capacités prolifératives des ovogonies et une baisse de leur nombre par mort précipitée par apoptose, indépendamment de l’âge gestationnel.
Ces anomalies surviennent dès le deuxième jour après la prise d’ibuprofène et sont très marquées après sept jours, même si le médicament a été interrompu entretemps.
Ces travaux, bien que menés ex vivo, confirment la nécessité d’éviter le plus possible ce médicament au cours des premier et second trimestres de grossesse, sans compter la contre-indication formelle après 24 semaines en raison des risques cardiaques et pulmonaires après une seule dose.

Source: Mediscoop.net, actualité du 7 février

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Allaiter durant les heures de travail, permis mais peu connu

Depuis 2014, les jeunes mères ont droit à des pauses d'allaitement rémunérées par l'employeur, pendant les douze premiers mois de l'enfant. Plusieurs possibilités existent: certaines rentrent chez elles ou se rendent à la crèche pour nourrir directement leur bébé. D'autres tirent leur lait au travail en vue de le transmettre à la personne chargée de la garde. La durée de la pause d'allaitement varie en fonction du taux d'activité de chacune: une femme qui travaille huit heures par jour, par exemple, a droit à 90 minutes de pause sur la journée. Rémunérées. C'est ce dernier point qui est entré dans la loi par voie d'une ordonnance en 2014.
Pourtant, deux problèmes semblent empêcher les femmes de bénéficier de la loi: la méconnaissance des employeurs et sa mise en pratique. Une situation qui n'étonne pas Brenda Spencer, qui a mené l'étude «Promotion de la santé au travail: quelle place pour l'allaitement?» codirigée par le CHUV: «Il n'y a pas de mauvaise volonté de la part des employeurs, mais on constate une absence d'information. Il faudrait une impulsion politique plus forte», clame-t-elle. Jérôme Rudaz, président de l'association de ressources humaines HR Vaud, constate la mise en place des pauses d'allaitement est plus aisée dans les grandes firmes. «Pour les petites sociétés, bien que la plupart soient de bonne foi, c'est compliqué. Au contraire, les multinationales, les grandes sociétés ou les entreprises parapubliques comme les CFF disposent de services de ressources humaines dont le rôle est de se tenir au courant des lois et de les faire appliquer.» Reste qu'il est plus difficile d'allaiter dans certaines professions comme les enseignantes, les caissières, les maçonnes, etc.

Source: extrait de l’article de Anne-Julie Ruz, Tribune de Genève du 31 janvier

Autres informations: Article de la Tribune de Genève

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Journée virtuelle de la sage-femme: appel pour résumés

La Journée virtuelle internationale de la sage-Femme (VIDM) est une conférence annuelle gratuite en ligne de 24 heures où les sages-femmes et les questions liées à la naissance sont célébrées. Cette année elle aura lieu le 5 mai prochain et sera inaugurée par Sarah Stewart, qui a lancé la VIDM il y a dix ans, et Karen Guilliland, directrice générale (CEO) du Collège des sages-Femmes de Nouvelle-Zélande. La conférence se terminera par la présentation de Franka Cadee, nouvelle présidente de la Confédération Internationale des sages-Femmes.
Cette conférence traitera des problèmes concernant la profession de sage-Femme et la vision de l'accouchement au XXIe siècle. Le monde se débat avec la médecine dominante, effrayant de plus en plus les femmes, ce qui entraîne une surmédicalisation de l'accouchement avec des effets de grande portée sur les femmes et leurs familles. Les sages-femmes sont invitées à se réunir pour partager la recherche, les processus et les pratiques, et ainsi promouvoir une intervention minimale, le cas échéant.

Autres informations: Site du Virtual International Day of the Midwife

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Des images d’embryon porteuses d’espoir pour la recherche

Une équipe de chercheurs a pu filmer, à l’Institut de la vision à Paris, des images inédites d’embryons. L’anatomie de ces embryons et fœtus y est montrée avec une précision inégalée.
C’est précisément cette période, au moment où l’embryon devient fœtus, entre la huitième et la quinzaine semaine, qui a passionné les chercheurs. Ce travail a été récompensé par le prix Recherche 2017 de l’Inserm. Ces observations pourraient en effet avoir de nombreuses retombées médicales.
Les images sont à la disposition du grand public sur le site www.transparent-human-embryo.com.

Source: Lemonde.fr, actualité du 16 janvier.

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Le paracétamol diminue la fertilité des filles à naître?

En prenant du paracétamol pendant leur grossesse, les femmes enceintes d’une petite fille prendraient le risque de fragiliser le développement du système reproductif de leur enfant. A tel point qu’à l’âge adulte, ce phénomène se traduirait par une diminution de sa fertilité.
Pris pendant la grossesse, le paracétamol est déjà connu pour impacter le développement du système reproductif masculin. Quel est l’effet au féminin de cette molécule couramment utilisée pour calmer la douleur et/ou diminuer la fièvre?
Pour le savoir, l’équipe du Dr David Kristensen du Copenhagen University Hospital a passé au crible trois méta-analyses menées sur des souris de sexe féminin. Toutes étaient nées d’un modèle murin placé sous paracétamol pendant la gestation.
Résultat, à l’âge adulte, «le nombre d’œufs aptes à la fécondation était moins important chez les rongeurs dont la mère avait consommé du paracétamol avant leur naissance. Le fait que cette même hypothèse ait été retrouvée dans trois laboratoires différents n’est pas anodin», notent les scientifiques.
«Même si les appareils reproducteurs de l’être humain et de la souris présentent des similitudes, il n’est pas possible aujourd’hui de confirmer ce lien de cause à effet dans l’espèce humaine. D’autant que l’infertilité est multifactorielle». Son origine ne peut donc s’expliquer par une seule donnée remontant à la vie fœtale de la femme. «D’autres travaux doivent être menés.»

Source: Laura Bourgault, Destinationsanté.com, actualité du 6 janvier

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Références page Hautes écoles dans "Sage-femme.ch 3/18

Vous trouverez dans le pdf ci-dessous les références qui accompagnent l'article "Evolution des compétences professionnelles spécifiques sage-femme Bachelor-Master" rédigé par Dorothee Eichenberger, Mona Schwager, Lisa Fankhauser, Beatrice Friedli, Silvia Ammann-Fiechter, Nadine Oberhauser, Christiane Sutter et Barbara Kaiser

Références

SHV/FSSF, Cynthia Khattar


 

Rencontre sages-femmes et pédiatres le 1er février

La Haute école de santé (HEdS - Genève), la Société Genevoise de Pédiatrie (SGP) et la Fondation pour la Recherche en Périnatalité (FReP) organisent une rencontre inédite à Genève entre pédiatres et sages-femmes, le jeudi 1er février de 15h à 19h à la HEdS.
Les deux thématiques abordées seront:

1. La vaccination chez la femme enceinte et le nourrisson : balance bénéfices et risques.

2. Alimentation du petit nourrisson et diversification alimentaire : diversifier trop tôt ou trop tard?

Les conférences seront données par des spécialistes de divers domaines et suivies de tables rondes. Cet évènement permettra d’actualiser des connaissances communes afin de mieux comprendre les positionnements de chacun et d’harmoniser les recommandations aux parents.

Inscriptions : CHF 50.- avant le 30.01.2018, à l’adresse : communication.heds@hesge.ch

Autres informations: Détails et inscription

SHV/FSSF, Cynthia Khattar