1’700 bambini disabili all’anno a causa del consumo di alcol in gravidanza

La disabilità congenita più comune è dovuta all’esposizione all’alcool durante la gravidanza. I disturbi dello spettro fetale alcolico (FASD) spesso condizionano gravemente la vita di chi ne è affetto. Il sito web della Fondazione Dipendenze Svizzera fornisce informazioni per medici e specialisti.

schwangere Frau hält ein Weinglaus in der Hand vor ihrem Babybauchschwangere Frau hält ein Weinglaus in der Hand vor ihrem Babybauch
Foto: daniiD / Adobe Stock
Il sito web della Fondazione Dipendenze Svizzera fornisce agli specialisti informazioni sul tema dei disturbi dello spettro fetale alcolico (FASD).

 

vers l’article
L’alcool consommé durant la grossesse cause chaque année 1’700 cas de handicap

Le handicap le plus courant qui touche les personnes dès leur naissance est causé par l’exposition à l’alcool durant la vie intra utérine. Les troubles du spectre de l’alcoolisation fœtale TSAF altèrent souvent lourdement la vie des personnes concernées. Sur son site web, la fondation Addiction Suisse offre des informations pour les médecins et autres professionnel·le·s.

En savoir plus

Informations pour professionnel·le·s

vers l’article
Rapporto positivo per «parentu»: è disponibile la valutazione dell’app per genitori

Una valutazione dell’app per genitori «parentu» da parte della Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften offre spunti interessanti sull’uso dell’app da parte dei genitori e sulla sua utilità.

parentu è un’applicazione per i genitori di bambini a partire dalla nascita fino ai 16 anni. Informa i genitori in 13 lingue e invia importanti informazioni sullo sviluppo del bambino tramite messaggi push direttamente agli smartphone dei genitori. Questo servizio non comporta alcun costo per i genitori.

vers l’article
Initiative sur les soins infirmiers: le Conseil fédéral présente le premier paquet de mesures

Le Conseil fédéral a adopté fin mai le premier paquet de mesures de mise en œuvre de l’initiative sur les soins infirmiers, qui correspond à l’ancien contre-projet indirect à l’initiative sur les soins infirmiers que le Parlement a déjà approuvé en juin 2021. «Pour l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), il est clair que le Parlement doit approuver ce paquet qui comprend une offensive de formation et le domaine de responsabilité propre», explique Sophie Ley, présidente l’ASI. Toute autre attitude serait incompréhensible au vu de la situation plus que critique sur le marché du personnel. Selon Jobradar, chaque mois, plus de 300 soignant·e·s supplémentaires quittent la profession.

Une fois de plus, l’ASI place également les cantons devant leurs responsabilités: «Les cantons doivent prendre des mesures immédiates pour améliorer les conditions de travail des soignant·e·s. Ils doivent notamment mettre des moyens financiers à disposition des institutions, afin que celles-ci puissent par exemple réduire le temps de travail hebdomadaire du personnel tout en conservant le même salaire, ou augmenter les indemnités pour les équipes de nuit, de week-end ou de jours fériés», déclare Sophie Ley.

Il est à noter en outre que ce premier paquet de mesures ne concerne pas les sages-femmes, malgré l’urgence de la situation pour la profession également (ndlr).

Source: Communiqué de l’Association suisse des infirmières et infirmiers, https ://www.sbk.ch/fr/news-single/initiative-sur-les-soins-infirmiers-le-conseil-federal-presente-le-premier-paquet-de-mesures

Voir aussi les communiqués de presse de l’Office fédéral de la santé publique du 25 mai, https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-89015.html et https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-89015.html

vers l’article
Santé psychique: chiffres clés et impact du Covid-19

La publication des chiffres clés pour l’année 2020 décrit l’état de santé psychique de la population suisse, les prestations psychiatriques et psychothérapeutiques auxquelles elle a recours en ambulatoire et en stationnaire ainsi que leurs coûts. Afin de rendre compte des effets du COVID-19, cette troisième mise à jour des chiffres clés s’étend à la présentation des résultats d’études nationales, des résultats mensuels ainsi que, pour la première fois, de chiffres à l’échelle nationale sur les hospitalisations pour cause de tentatives présumées de suicide.

Résultats principaux: La détresse psychologique s’est accrue depuis le début de la

pandémie: la part des personnes faisant état de troubles psychiques a plus que doublé chez les jeunes entre 2017 et 2020/2021. Par rapport à 2019, le nombre de consultations en psychiatrie

ambulatoire (cabinets et hôpitaux) a diminué en 2020, malgré la mise en place de consultations par téléphone. Chez les enfants et les adolescent·e·s, les hospitalisations psychiatriques suivent une progression continue depuis 2012. En 2020, durant la première année de la pandémie, une hausse se dessine surtout à partir du mois de septembre. Elle concerne en particulier les filles et les jeunes femmes souffrant de dépression. Depuis 2017, les hospitalisations pour tentatives de suicide

présumées ont nettement augmenté chez les enfants et les adolescent·e·s, en particulier chez les filles et les jeunes femmes.

Source: Obsan Bulletin 02/2022

vers l’article