Nuovo aumento dei casi di maltrattamento infantile

Anche nel 2022 il gruppo specializzato nella protezione dell’infanzia ha raccolto i dati relativi a tutti i bambini e adolescenti assistiti e curati in una clinica pediatrica svizzera per una qualche forma di sospetto o accertato abuso. Il rilevamento è stato effettuato per la 14a volta in modo standardizzato, e i dati disponibili si basano sui feedback ricevuti da 20 cliniche che avevano già partecipato al rilevamento negli anni precedenti. È emerso quanto segue:

  • L’aumento dei maltrattamenti, proseguito anche dopo l’inizio dell’indagine, è stato particolarmente marcato nel 2022 (14%). I dati disponibili non ci permettono di stabilire con certezza se effettivamente ci siano stati più abusi o se il gruppo Protezione dell’infanzia sia intervenuto più spesso a causa della maggiore consapevolezza.
  • Anche nel 2022 bambini molto piccoli sono stati spesso vittime di maltrattamenti. Quasi un quinto di tutti i casi segnalati hanno riguardato bambini di 1 anno e quasi il 45% di tutti i bambini segnalati non aveva ancora compiuto 6 anni.
  • Il 50% di tutti i casi di abuso psicologico registrati sono dovuti all’essere stati testimoni di violenza domestica.

vai al rapporto

Da notare: nel prossimo numero di «Obstetrica» sarà presente un articolo di Protezione dell’infanzia Svizzera dedicato al ruolo concreto che le professioniste e i professionisti della salute ricoprono in questo ambito.

vers l’article
Nouvelle augmentation des cas de maltraitance envers les enfants

En 2022, le groupe spécialisé dans la protection de l’enfant a de nouveau recensé tous les enfants et adolescent·e·s qui ont été pris en charge ou traités dans une clinique pédiatrique suisse pour une forme de maltraitance (présumée). Le recensement a été effectué pour la 14e fois de manière standardisée et les données disponibles se basent sur les réponses de 20 cliniques qui ont toutes participé à l’enquête les années précédentes. Parmi les résultats, on note que:

  • L’augmentation des maltraitances, continue depuis le début du recensement, a été particulièrement marquée en 2022 (14 %). La question se pose ici de savoir s’il y a effectivement eu plus de maltraitance ou si davantage d’enfants et d’adolescent·e·s ont été adressé·e·s en raison d’une sensibilisation accrue au problème.
  • En 2022 également, les très jeunes enfants étaient particulièrement touchés par la

maltraitance. Près d’1/5 de tous les cas signalés concernaient des enfants âgés d’un an, et

près de 45 % de tous les enfants recensés n’avaient pas encore atteint leur sixième

anniversaire.

  • 50 % de tous les cas de maltraitance psychique recensés sont dus au fait d’avoir été témoin de violences domestiques

((QR Code)) Vers le rapport: https://www.paediatrieschweiz.ch/fr/news/statistique-nationale-2022-de-la-maltraitance-des-enfants/

vers l’article
Nuove raccomandazioni sulle MGF/E

Un importante lavoro durato diversi anni è giunto ora a conclusione: sono state da poco pubblicate le raccomandazioni interdisciplinari sul tema MGF/E per le professioniste e i professionisti della salute.  Specialisti provenienti da diversi campi professionali hanno partecipato alla loro stesura. Il personale sanitario svolge un importante ruolo nell’identificazione e diagnosi delle mutilazioni genitali femminili, nell’assistenza alle donne colpite e nella protezione delle ragazze minacciate di escissione. Le raccomandazioni interdisciplinari sono rivolte alle professioniste e ai professionisti della salute di ginecologia e ostetricia, pediatria e infermieristica. Lo scopo delle raccomandazioni è quello di aumentare la consapevolezza sul problema delle mutilazioni genitali femminili e di fornire alle professioniste e ai professionisti un supporto concreto per la loro pratica clinica quotidiana. Le raccomandazioni sono state formulate sotto la guida della Dr. med. Jasmine Abdulcadir (Hôpitaux universitaires Genève, HUG) e di Marisa Birri (per conto della Rete contro le mutilazioni genitali femminili in Svizzera), col contributo di diverse specialiste e specialisti.

Da notare: a questo tema così importante per la professione ostetrica sarà dedicato uno dei prossimi episodi del podcast della Federazione svizzera delle levatrici «Battiti del cuore/Herztöne». Da non perdere!

Fonte: Rete contro le mutilazioni genitali femminili, 23 agosto

→ vai alle linee guida (solo in tedesco e francese)

vers l’article
Nouvelles recommandations relatives aux MGF/E

Un travail considérable de plusieurs années est arrivé à son terme: les recommandations interdisciplinaires relatives aux mutilations génitales féminines et à l’excision (MGF/E) pour les professionnel·le·s de santé ont été publiées. Des spécialistes issus de divers champs professionnels ont participé à leur élaboration. Le personnel de santé joue un rôle important dans l’identification, le diagnostic et la prise en charge des conséquences des mutilations génitales féminines et la protection des filles menacées par l’excision.

vers l’article
Fais pas genre!, une nouvelle série en ligne RTS

Le genre est partout, tout le monde en parle, pour le meilleur ou pour le pire. Mais c’est quoi au juste? Fais pas genre! vous explique tout, et vous donne les clés de la compréhension mais aussi de la tolérance.

Avec notamment la participation de Nathalie Luisini, ancienne vice-présidente de la section Genève de la Fédération suisse des sages-femmes.

((QR code)) Vers les épisodes en ligne: https://www.rts.ch/play/tv/emission/fais-pas-genre-?id=14017150

vers l’article
HES SUISSE dévoile le salaire médian des diplômé·e·s HES

Quelque 13’400 personnes ont pris part à l’étude 2023 sur les salaires et les compétences des diplômé·e·s HES de HES SUISSE, l’association faîtière des diplômé·e·s des hautes écoles spécialisées suisses. Les résultats de l’étude révèlent notamment que le salaire médian des diplômé·e·s a nettement augmenté et s’élève à 104’000 francs par an pour l’ensemble de la Suisse et à 92’300 francs spécifiquement en Suisse romande.

Source: Communiqué de la Haute Ecole de Santé de Suisse occidentale du 17 mai, 

https://www.hes-so.ch/actualites/detail-actualites/fh-suisse-devoile-le-salaire-median-des-diplomees-hes-en-2023

((Qr code)) Plus d’informations sur https://www.fhschweiz.ch/etude-salaires-hes-2023_fr

vers l’article
«Bébé pleure? Restez zen»: une campagne pour prévenir le syndrome du bébé secoué

Une campagne de prévention et de nouveaux supports d’information viennent d’être lancés par le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois et les Hôpitaux Universitaire de Genève pour sensibiliser les parents et gardien·ne·s d’enfants au syndrome du bébé secoué. Cette maltraitance susceptible de provoquer des lésions cérébrales sévères ou le décès de l’enfant touche des dizaines de bébés chaque année en Suisse. La fréquence de ce phénomène est toutefois sous-estimée puisque seules les situations graves nécessitant une hospitalisation ou conduisant au décès du nouveau-né sont identifiées.

L’objectif de la campagne «Bébé pleure? Restez zen» est d’aider les jeunes parents et les gardien·ne·s d’enfants à mieux gérer leur stress et frustration face à un bébé qui peut parfois pleurer jusqu’à plusieurs heures par jour, afin d’éviter un état d’épuisement qui pourrait engendrer un geste dramatique. Si l’on se sent dépassé·e ou à bout, on peut par exemple s’accorder une pause, demander de l’aide à un proche, laisser son bébé en sécurité dans son lit et attendre d’être calme avant de le reprendre dans ses bras.

Source: Communiqué du  Centre Hospitalier Universitaire Vaudois du 1er juin,

https://www.chuv.ch/fr/chuv-home/espace-pro/journalistes/communiques-de-presse/detail/bebe-pleure-restez-zen-une-campagne-pour-prevenir-le-syndrome-du-bebe-secoue/?pk_campaign=%C2%AB%20B%C3%A9b%C3%A9%20pleure%20%3F%20Restez%20zen%20%C2%BB%20%3A%20une%20campagne%20pour%20pr%C3%A9venir%20le%20syndrome%20du%20b%C3%A9b%C3%A9%20secou%C3%A9&pk_kwd=communiqu%C3%A9%20de%20presse&pk_source=newsletter&pk_medium=email

((qr code)) Vers le site de la campagne: https://www.zerobebesecoue.ch/

 

vers l’article