Dans le monde, une grossesse sur deux n’est pas choisie

Une grossesse sur deux survient sans que la femme ait choisi d’être enceinte et de devenir mère. C’est l’une des principales conclusions du rapport annuel du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). Une «crise oubliée» qui touche 121 millions de femmes par an.

Pauvreté, faible niveau d’instruction, conditions de travail, mais aussi exposition à la violence et à la coercition figurent parmi les principaux facteurs de ce phénomène. Mais ils ne sont pas les seuls: le rapport aborde également les raisons qui peuvent expliquer pourquoi certaines femmes n’utilisent pas de contraceptifs. Le manque d’accès à l’information ne semble plus en être la principale cause. Certaines femmes, par exemple, éprouvent des réticences à utiliser la contraception en raison d’une  inquiétude quant à de possibles effets secondaires ou de mauvaises expériences contraceptives, parfois aussi une faible fréquence des rapports sexuels ainsi que la pression et les objections de l’entourage.

Source: TV5 Monde, 4 avril, https://information.tv5monde.com/terriennes/dans-le-monde-une-grossesse-sur-deux-n-est-pas-choisie-selon-les-nations-unies-451048?fbclid=IwAR3cLQHmECa1mgwkLdIHfZ3tee1k7AeYDYR2Znj98uihEuAsqgNH0AquP9Q

Vers le rapport de l’UNFPA: https://www.unfpa.org/fr/swp2022

vers l’article
Étude sur la sécurité du vaccin anti-COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes

En collaboration avec 16 autres pays européens, le Centre hospitalier universitaire vaudois et l’Université de Berne mènent une étude s’adressant aux femmes enceintes ou allaitantes recevant le vaccin (ou le booster) contre le COVID-19. Les données actuelles montrent que les vaccins contre le COVID-19 sont efficaces et sûrs pendant la grossesse et l’allaitement. Ils sont d’ailleurs recommandés par l’Office fédéral de la santé publique car le risque de forme grave de COVID-19 est plus élevé pendant la grossesse. Des effets secondaires bénins sont toutefois relativement fréquents, comme cela peut être le cas après tout vaccin (fièvre légère, des maux de tête, une douleur locale, etc.). L’étude a donc pour objectif de mesurer la fréquence de ces effets secondaires chez les femmes enceintes et qui allaitent, selon le type de vaccin et les caractéristiques individuelles. Pour cela, il leur sera demandé de répondre à un questionnaire en ligne. 

Participation et inscription dans les 48 heures après la vaccination sur www.covidvaccinemonitor.eu/ch

vers l’article
Le placenta humain, une cible du SARS-CoV-2

Que se passe-t-il dans le placenta humain après une infection au SARS-CoV-2? Les équipes de recherche des PD Dr. Marco Alves (Institut de Virologie et d’Immunologie, Bern) et Prof. Dr. David Baud (Centre Hospitalier Universitaire Vaudois [CHUV]) ont pu déterminer d’une part que les cellules du placenta humain pouvaient être infectées par le SARS-CoV-2, et d’autre part que le virus pouvait y proliférer et infecter les cellules placentaires avoisinantes. Les résultats de leur recherche viennent d’être publiés dans le magazine scientifique Cell Reports Medicine (Fahmi et al, 2021).

vers l’article
Nouvelles recommandations NICE

Le National Institut for Healt and Care Excellence (NICE) publie en Angleterre des recommandations d’importance tant au niveau national qu’international. Voici une sélection des dernières mises à jour.

vers l’article
Première naissance après greffe d’utérus en France

Pour la première fois, une femme vient de donner naissance à un enfant après avoir bénéficié d’une greffe d’utérus, la première en France. Cet accouchement a eu lieu en février à l’hôpital Foch de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, là même où s’était déroulée, il y a un peu moins de deux ans, la greffe.

vers l’article
France: un rapport préconise un congé paternité de neuf semaines

Dans un rapport remis au gouvernement en septembre, une commission d’expert·e·s sur les «1000 premiers jours de l’enfant» – du quatrième mois de grossesse au deuxième anniversaire –, présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, préconise de faire du soutien aux jeunes enfants et à leurs parents une «priorité de l’action publique».

vers l’article