«Quand c’est pas oui, c’est non!»

Dans le cadre des révisions du Code pénal sur les violences sexuelles, la coordination romande de la grève féministe revendique que l’absence de consentement soit désormais l’élément décisif du viol. Elle exige également des fonds permettant la mise en place de politiques de prévention et d’éducation sur les violences sexistes et sexuelles, et un renforcement des structures associatives actives dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

vers l’article