News sui negoziati tariffari

La commissione che si occupa dell’attuale convenzione sulla struttura tariffale per singola prestazione, composta da quattro partner tariffali aventi un voto ciascuno, ha approvato una nuova procedura…

vers l’article
Nouvelles des tarifs

La Commission tarifaire, ancrée dans la structure pour les tarifs à la prestation et dans laquelle les quatre partenaires tarifaires ont chacun un siège et une voix, s’est accordée sur une nouvelle procédure…

vers l’article
Cours FSSF: L’hypnose en périnatalité: Comment enrichir sa pratique avec l’art de l’hypnose?

Cette formation s’adresse à tou·te·s les professionnel·le·s de la périnatalité exerçant en milieu hospitalier et/ou comme indépendant·e: sage-femme, infirmière en néonatologie, gynéco-obstétricien, psychologue. Elle offre un apprentissage des bases de l’hypnose : l’utilisation du langage et des techniques hypnotiques en restant centré sur sa pratique spécifique. Les thèmes tels que la parentalité, le ressenti corporel et émotionnel, l’accès aux ressources intérieures sont développés.

 

vers l’article
La FSSF partenaire de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland»

La Fédération suisse des sages-femmes (FSSF) rejoint le réseau de partenaires de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland», qui ne cesse de grandir. La Fédération s’engage ainsi contre la surmédicalisation et les soins inappropriés en Suisse. «smarter medicine» s’inspire de l’initiative américaine «Choosing Wisely», dont le but est de promouvoir un débat ouvert entre les professionnel·le·s de la santé, les patient·e·s et le public. Un nombre croissant de traitements dispensés et d’examens effectués nuisent plus aux patient·e·s qu’ils ne leur sont bénéfiques. L’association faîtière «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» lutte contre cette situation fâcheuse et se base sur le principe selon lequel il ne faut recourir à un traitement ou à une forme de prise en charge que s’ils contribuent effectivement à la santé et au bien-être des patient·e·s.

Source: Communiqué de presse de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» et de la Fédération suisse des sages-femmes du 14 mars, wwwsage-femme.ch ((lien vers

Plus d’informations sur www.smartermedicine.ch

vers l’article
Du nouveau pour la revue spécialisée Obstetrica

A partir du numéro 3/2022, Obstetrica, la revue de la Fédération suisse des sages-femmes, se présentera sous un nouveau jour. Pourquoi? Les prix du papier ayant augmenté de manière spectaculaire en raison d’une pénurie sur le marché mondial, les distributeurs ont dû augmenter le prix de nombreux produits de presse. La production d’Obstetrica est elle aussi devenue plus coûteuse. Dès maintenant, les mesures suivantes s’appliquent donc:

  • Le volume d’Obstetrica sera réduit: deux de ses rubriques seront désormais publiées dans l’infolettre;
  • Les «Nouvelle de la Fédération» ne seront plus publiées dans Obstetrica, mais jointes à l’infolettre, dont la cadence sera augmentée;
  • De même, les courriels «Nouvelles des tarifs» seront intégrés dans l’infolettre et non plus envoyés individuellement;
  • Les offres de formation continue de la FSSF et de ses partenaires ne seront plus mentionné·e·s dans Obstetrica, mais figureront dans l’infolettre;
  • La revue sera imprimée sur un nouveau papier et sera donc plus mince et plus légère: dans le respect de l’environnement, le choix s’est porté délibérément sur un papier recyclé.

Toutes ces mesures sont appliquées dès maintenant afin de freiner l’augmentation des coûts. Le secrétariat et l’équipe de rédaction, soutenue par les conseillères, mettent tout en œuvre pour continuer de publier une revue spécialisée de qualité. 

Andrea Weber, secrétaire générale FSSF, Barbara Stocker, rédactrice par intérim Suisse alémanique Obstetrica, Jeanne Rey, rédactrice Suisse romande Obstetrica

vers l’article
L’envoi d’une copie de la facture aux patient·e·s devient obligatoire

Le contrôle des factures par les patient·e·s doit être amélioré. Jusqu’ici, ces dernier·ère·s ne recevaient pas systématiquement une copie de leur facture, en particulier de la part des hôpitaux, et ne pouvaient donc pas la contrôler. À l’avenir, tous les fournisseurs de prestations (par exemple les sages-femmes) seront tenus légalement d’envoyer une copie de la facture à la personne assurée sans qu’elle n’ait à la demander.
Cette transmission peut également se faire par voie électronique. En cas de non-respect de cette nouvelle règle, des sanctions telles que des amendes peuvent s’appliquer. Pour des raisons de protection des données, les copies de factures ne peuvent pas être envoyées via une adresse électronique privée. La FSSF recommande dès lors que l’envoi ait lieu via une adresse électronique qui autorise les échanges de courriels cryptés. Il y a quelques années, une solution de raccordement sécurisé a été conclue par la FSSF avec le prestataire Health Info Network (HIN). Cette solution permet aussi aux personnes qui ne disposent PAS d’un abonnement HIN de communiquer par courriels.

Communiqué de presse du Conseil fédéral

Raccordement HIN

vers l’article
Le COVID-19 peut-il être reconnu comme maladie professionnelle?

La SUVA, qui constitue l’une des plus grandes assurance-accidents de Suisse, a donné une réponse affirmative à cette question: «Oui, il peut s’agir d’une maladie professionnelle, à condition que les collaborateur·rices·s exerçant l’activité professionnelle en question soient exposé·e·s à un risque bien plus élevé de contracter le coronavirus que le reste de la population. Il ne suffit pas que la personne ait été contaminée plus ou moins fortuitement sur son lieu de travail. Chaque cas doit être étudié de façon approfondie. Le risque peut être bien plus élevé pour le personnel des hôpitaux, des laboratoires, etc., qui sont en contact direct avec des personnes ou des objets infectés dans le cadre de leur activité».

vers l’article
Rappel: Autorisation de pratiquer cantonale et mesures de qualité

Les modifications de la Loi fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal), de l’Ordonnance sur l’assurance-maladie (OAMal) et de l’Ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS) sont entrées en vigueur le 1er janvier. Ces modifications comprennent la nouvelle procédure d’admission des fournisseurs de prestations ambulatoires, ainsi que le transfert de la compétence d’octroi des admissions aux caisses, de l’instance compétente des assureurs-maladie vers les cantons.

vers l’article