Retourner vers Actualité de la Fédération
La FSSF recommande l’adoption de la motion «Le droit au congé de paternité ne doit pas s’éteindre en cas de décès néonatal»

 A l’occasion de la session spéciale d’avril, la FSSF, en accord avec l’autrice de la motion, Mme Sarah Wyss, PS/BS, a adressé la lettre suivante aux membres du Conseil national:

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil national,

Le 16 ou le 17 avril, le Conseil national traitera en session spéciale la motion «Le droit au congé de paternité ne doit pas s’éteindre en cas de décès néonatal» 22.4013. La Fédération suisse des sages-femmes vous demande d’adopter la motion de Sarah Wyss.

La perte d’un enfant est toujours liée à une immense souffrance. L’adoption de la motion permettrait aux parents de passer les premiers jours ensemble lorsque leur enfant décède peu après la naissance. C’est d’une part très importante pour le processus de deuil et permet d’autre part d’accomplir dans les délais les innombrables tâches organisationnelles liées à l’autopsie ou à l’enterrement. Si les pères sont contraints de continuer à travailler immédiatement après le décès de leur enfant, la qualité de leur travail diminue et le risque d’accidents professionnels augmente.

Le nombre d’enfants qui décèdent peu après la naissance est heureusement très faible. Il est donc d’autant plus important que le Parlement adopte une solution uniforme au niveau national. Actuellement, les pères dépendent entièrement du bon vouloir de leur employeur ou demandent à leur médecin de famille de leur délivrer un arrêt maladie, car ils ne sont pas aptes à travailler. Les indépendants doivent couvrir eux-mêmes la perte de revenu s’ils ont besoin de quelques jours de congé pour faire leur deuil.

Le coût de l’adoption de la motion est relativement faible, mais le bénéfice pour les pères concernés est très élevé. Si l’on part du principe que 200 bébés décèdent chaque année, le coût maximal pour les APG est de CHF 600’000 (200 pères * CHF 3’080 = montant maximal).

Nous nous prononçons clairement pour l’adoption de la motion et donc pour une solution uniforme au niveau national.

Partager l'article: